infos
cgb.fr
La boutique des monnaies françaises 1795-2001Contact relation médias numismatique
infos
infos
Cote des monnaies
E-Franc
Questions fréquentes (FAQ)
La boutique Monnaies
La collection idéale
contact
-

Introduction


Lorsqu'on commence une collection de monnaies, souvent, on ignore tout de leur histoire, de leurs caractéristiques, de leurs raretés et de leurs cotes. Afin de permettre au débutant d'obtenir des informations rapides et pertinentes sur la valeur des monnaies, les Éditions Les Chevau-légers ont édité en 1995 le FRANC avec la ferme intention d'aider le collectionneur à mieux collectionner, en lui apportant les réponses aux questions
Lire l'article complet
-

Un outil complémentaire au FRANC 10


Le e-FRANC est certes la version numérique et condensée de la version papier du FRANC 10 mais il représente surtout une synthèse de l'information numismatique moderne française actuellement disponible sur le net. L'accès est 100% gratuit et illimité... n'attendez plus, venez le tester ! Véritable tableau de bord des monnaies en francs (1795-2001), il vous orientera évidemment vers les cotes actualisées du FRANC 10 ...
Lire l'article complet
-

Mode d'emploi


"La Numismatique, c'est une vaste discipline à remonter le temps. Quand on visite ce site pour le première fois, tout n'est pas compréhensible, mais le voyage dans le temps a déjà commencé...". Ainsi commençaient les premières lignes d'introduction du FRANC I... Se familiariser avec le e-FRANC est un exercice aussi facile que d'utiliser le FRANC. Prenez votre pièce en main et suivez le guide ! Vous allez ...
Lire l'article complet
-

Un outil pour débuter une collection


Grâce au e-FRANC, vous allez peut-être commencer une collection de monnaies. Voici quelques conseils généraux qui vous seront utiles dans votre (nouvelle) vie de collectionneur. Commencer une collection de monnaies c'est avant toute chose vouloir illustrer en monnaies une période de l'histoire, regrouper ce qui a circulé dans une ville ou une région ou simplement retrouver ce que vos ancêtres avaient d'abord dans leur bourse, ensuite ...
Lire l'article complet
-

Le e-FRANC, vu de l'autre coté de l'Atlantique...


LE FRANC represents a serious attempt to apply American grading standards to French coins, and assign realistic corresponding market values. It is no secret that a great number of French coins are of greater rarity in mint state than similar coins of other countries. Le FRANC endeavors to provide market prices for French coins in choice mint state that were simply unavailable (when available at all) at the unrealistic levels listed in previous publications. It is hoped that the high prices ...
Lire l'article complet
-

LE FRANC 10, quoi de nouveau ?


2014 est une année importante pour le FRANC qui entre dans sa vingtième année. Cette dixième édition se devait donc d’être différente des précédentes pour célébrer comme il se doit cet anniversaire.

 

Tout au long des neuf précédentes éditions, nous nous sommes aperçus que de nombreux collectionneurs considéraient certains types absents du FRANC comme légitimes dans une collection de monnaies modernes françaises alors que d’autres types voyaient leur existence remise en question comme les tranches cannelées Charles X, les grosses têtes Napoléon III ou les Graziani. Il devenait donc nécessaire de tenir compte de ces remarques et de donner, pour la première fois, la parole aux collectionneurs en leur demandant leur avis sur ce qu’ils considéraient comme types.

 

Le vote organisé sur les types du FRANC 10, entre les mois d’août et d’octobre 2012, a remporté un vif succès avec plus de trois cent cinquante participants, numismates professionnels et collectionneurs confondus (voir les résultats dans le Bulletin Numismatique n° 114, page 19). Le collectionneur aura donc la possibilité de découvrir, dans le FRANC 10, vingt-sept nouveaux types :

 

- 2 centimes Napoléon III tête laurée, buste provisoire (F.108)

- cinq types de 5 centimes Anvers (F.115A à F.115E)

- quatre types de 10 centimes Anvers (F.130A à F.130D)

- 5 centimes Lindauer étoile (F.122A)

- les décimes à l’N couronnée et à l’L couronnée, poids lourd (F.131 et F.132)

- 10 centimes Lindauer zinc, Cmes non souligné (F.140A)

- 20 centimes État français, poids léger (F.153A)

- 5 décimes Régénération française (F.172A)

- Demi-franc Napoléon Ier, tête laurée, République française, buste fort (F.177)

- 1 franc Charles X et 1 franc Charles X tranche cannelée matrice de revers à quatre feuilles (F.207A et F.208A)

- 5 francs Napoléon Empereur Cent-Jours (F.307A)

- 10 francs Turin grosse tête et 20 francs Turin rameaux courts (F.361A et F.400A)

- 5 francs or et 10 francs or Napoléon III tête nue petit module tranche cannelée (F.500A et F.505A)

- 10 francs or Napoléon III tête laurée, type hybride à petit 10 (F.507)

- 20 francs Napoléon tête laurée Cent-Jours (F.516A)

- 20 francs Charles X matrice du revers à cinq feuilles (F.521)

 

Trente-cinq types présents dans le FRANC IX n’ont pas survécu au vote et disparaissent de cette nouvelle édition :

 

- 2 centimes Épi (F.111)

- 3 centimes Dupré (F.112)

- 20 centimes Cérès IIIe République (F.151)

- 1/4 franc et 1/2 franc Charles X tranche cannelée (F.165 et F.181)

- toutes les grosses têtes de Napoléon III (F.147, F.186 et F.213)

- 5 francs J.J. Barre (F.328)

- les 1 franc Graziani zinc (F.224) et aluminium (F.225)

- dix types sur douze pour les Union et Force (F.288 à F.300)

- les trois types hybrides de 5 francs Louis-Philippe (F.317, F.322 et F.323 qui deviennent désormais des lignes)

- 5 francs Cinquantenaire de l’O.N.U. (F.345)

- la série des neuf pièces de 5 francs 2000 (F.347 à F.355)

- 5 francs or Cérès (F.503)

 

Comme on peut le constater, le changement majeur concerne les Union et Force. Lors du vote organisé sur les types du FRANC 10, 68 % des participants ont souhaité leur regroupement en deux types (le type F.286 avec virole et le type F.287 sans virole) au lieu des douze types existant depuis le FRANC V. La conséquence première de ce nouveau classement est bien évidemment une baisse drastique du nombre de lignes puisque nous passons, en une seule édition, de cent quatre-vingt-une lignes à quatre-vingts lignes seulement.

Philippe Théret, grand spécialiste de ce monnayage, a décidé de ne garder que les variantes de dates, d’ateliers ou de différents et leurs diverses surcharges. Pour ne pas perdre le travail effectué et faire le lien avec le site Dupré (http://www.amisdufranc.org/dupre/), sont affichés, sous chaque ligne, le nombre de variétés connues et la cote de celle qui est la plus rare. A contrario la ligne, elle, affiche la cote de la variété la moins rare. Du coup le collectionneur peut être intéressé à explorer sur le site Dupré si sa pièce correspond à une variété plus rare que la cote basse affichée.

Les variétés de matrices (glands, feuille, légende serrée/desserrée…), les variétés de coins (tailles de lettre, date centrée/décentrée, L’AN sur L’AN), les fautées de coins (absence d’étoile après Force, après Française, absence de barre, absence de point après date, millésime, etc …) ne sont donc plus des lignes à part entière mais regroupées sous la variante sous-jacente.

La refonte du FRANC ne s’arrête évidemment pas aux nouveaux types et aux types supprimés. Comme dans chaque édition du FRANC, il y a, dans le FRANC 10, des lignes rajoutées et des lignes supprimées, en fonction des découvertes et des recherches réalisées.

Le gros des nouvelles lignes se regroupe, comme toujours, autour des Dupré, argent et cuivre. Concernant les Union et Force, indépendamment du regroupement des types, l’usage du microscope et de la macro-photo, mais aussi les travaux menés pour l’ouverture du site Dupré, ont fait découvrir une nouvelle modification de coin qui génère une nouvelle ligne, une 5 francs an 7 L/K.

 

Côté cuivre, les découvertes sont nombreuses, vingt-deux en tout, toujours bien aidées par une équipe de passionnés très active sur le forum des Amis du Franc. On peut isoler les exemplaires hybrides (la Cinq centimes refrappage de décime an 5 T et les Cinq centimes an 5 AA, an 5 B, an 7 A frappées avec le coin de droit d’un décime ; le décime refrappage du 2 décimes an 8 AA, les décimes an 5 A, an 7 BB ; et une 2 décimes an 4 A frappés avec le coin de droit de F.115 ou de F.126). Il faut également noter quelques nouveaux coins modifiés ou variés au niveau du millésime et/ou de l’atelier : la Cinq centimes refrappage de décime an 7/5 A ; les Cinq centimes an 5 A/I corne/tournesol, an 5 W/R caducée/coq, an 7/5 BB/A gerbe/corne, an 8/5 A/BB coq/gerbe, an 8/5 A/T, an 8/5 AA/B, an 8/5 AA/D, an 8/5 K et an 8/7 K ; le décime refrappage du 2 décimes an 5 A/I corne/tournesol ; les décimes an 7/5 A/A coq/corne et an 7/5 A/R.

 

La découverte la plus inattendue, en Dupré cuivre, se porte, une fois n’est pas coutume, sur une pièce d’un centime an 6 avec une combinaison inédite en 52/49 perles.

 

En dehors des Union et Force et des Dupré cuivre, on constate très peu de mouvements. Seules six nouvelles lignes ont été créées. Elles ont pour origine soit une différence de taille ou de positionnement des différents d’atelier soit une regravure de millésime soit une modification de gravure.

 

Didier Sitaud et le Numismate Anonyme nous ont fait part de leurs découvertes sur deux monnaies apparemment communes. La première d’entre elles est une Dix centimes Napoléon III 1855 K. Didier Sitaud, en observant les exemplaires de sa collection, a constaté l’existence, comme en 1853, de deux positions de différent : feuille de vigne horizontale et feuille de vigne verticale. Il faut toutefois préciser que, pour le moment, nous n’avons trouvé ces deux positionnements que sur un exemplaire au différent ancre. Il est possible qu’il existe aussi sur des exemplaires au différent levrette.

La seconde découverte se situe au niveau de la taille du différent palmier sur les pièces de 5 francs frappées en 1831 à Marseille avec la présence de grands et de petits palmiers. Enfin, en consultant une énième fois nos informations dans la base Collection Idéale, nous nous sommes rendus compte que, sur certaines pièces de 50 centimes Napoléon III tête laurée frappées en 1868 à Strasbourg, le différent croix est situé entre la pointe de la barbe et le cou, comme sur les frappes de l’année précédente. Nous avons donc, par souci de cohérence avec les 1867 BB, créé la ligne.

 

Deux monnaies avec une regravure du millésime nous ont été présentées. E.T. a été le premier à nous contacter peu de temps après la sortie du FRANC IX pour nous alerter sur l’existence de pièces de ½ franc Louis-Philippe frappées à Lille au millésime 1832/1. Nous avions répertorié jusqu’alors des ¼ franc 1832/1 pour Paris et Bordeaux. Il semble que cela existe également en ½ franc. Regardez à nouveau vos ½ franc frappés en 1832, vous avez peut-être une monnaie inédite dans votre Collection !

 

Sylvain Chaussat avait identifié, pour le FRANC IX, une seconde matrice en 1860/50 sur les pièces de 20 centimes, 5 francs or et 20 francs or pour les ateliers de Paris et de Strasbourg. Il a étendu son étude aux pièces de 50 centimes, nous permettant ainsi de mettre en évidence une nouvelle ligne, 1860/50 A, et de corriger le classement des 1860 BB au différent croix en 1860/50.

 

Une dernière monnaie présentant une modification de gravure a été mise au jour grâce à l’observation attentive de PHB. Il s’agit d’une 40 francs Bonaparte Premier Consul frappée en l’an 12 avec un grènetis en 150/150. Nous ne connaissions alors que des exemplaires sans l’olive intérieure. Il faudra désormais compter avec cette olive intérieure.

 

Pour les monnaies retirées, plusieurs cas de conscience de monnaies que nous avons encore laissées, mais que nous devrions retirer car certaines lignes portent prime parfois depuis plus de dix ans et l’espoir de voir apparaître la monnaie décrite a pratiquement disparu. Néanmoins, quatre pièces sont apparues entre le FRANC IX et le FRANC 10. Il s’agit du ½ franc 1822 H, du ½ franc 1829 T, de la 2 francs 1817 L, et de la 5 francs 1819 I. Leurs lignes ont été complétées de cotes alors que tout espoir semblait perdu.

 

Au bout de dix-huit ans de recherches, de primes offertes et parfois payées pour une monnaie enfin confirmée, il fallait trancher et supprimer les monnaies qui, décidément, n’existent pas. Au total, entre les mauvaises lectures corrigées, les variantes non concluantes ni acceptées par le public et les monnaies qui n’existent pas, une trentaine de lignes disparaissent. Tant mieux pour ceux qui les cherchaient sans succès depuis longtemps pour compléter une série, celle-ci est maintenant terminée !

 

Comme pour les Union et Force, les variétés de coins (tailles de lettre, les accent et sans accent) et les fautées de coins (absence de cédille, double différent, absence de point après date, millésime, etc …) sur les Dupré cuivres ont été regroupées sous la ligne principale. Nous avons toutefois maintenu les CNIQ du fait de leur popularité et des recherches assidues dont elles font l’objet. Nous avons également retiré tous les exemplaires en métal de cloche répertoriés dans le FRANC IX. Une étude publiée par Philippe Théret (voir Bulletin Numismatique n° 106, pp. 18‑23) a montré que ces frappes doivent être considérées comme des faux d’époque.

 

Les recherches entreprises par Xavier Bourbon aux archives de la Monnaie de Paris ont fait disparaître quatre lignes en Dupré cuivre puisque, grâce à lui, nous savons désormais qu’il n’existe ni de Cinq centimes an 5 T (ces monnaies sont en réalité des refrappages, voir Bulletin Numismatique n° 105, pp. 20‑23, et voir Bulletin Numismatique n° 106, pp. 24‑25), an 7/6 A et an 8/6 A ni de décimes an 5 T... ces ateliers n’ayant tout simplement pas frappé ces monnaies durant ces années-là. Quant à l’essai non daté et avec PIECE D’ESSAI au revers (F.126/1) proposé dans MONNAIES XXIV, n° 1926, SUP 58, son diamètre (27,3 mm) et surtout sa tranche inscrite en creux : * POIDS : 10 GRAMMES * TITRE : 0,9 DE FIN sont à rapprocher des essais au module de 2 francs Bonaparte Premier Consul, frappés en l’an X par Jaley d’après le procédé de Gengembre, et qui ont la même légende sur leur tranche.

 

Nous avons également retiré les essais qui ne correspondaient pas avec la définition du FRANC, qui ne recense que ceux aux type et au métal adoptés. Cela concerne l’essai de 10 centimes Lindauer maillechort 1938 (sans points, avec ESSAI en creux, F. 139/1), les deux essais de 25 centimes Patey 1904 en maillechort tranche lisse et sans les différents (flan brillant à 22 pans, F.169/1, et, flan mat à 22 pans, F.169/2) et l’essai de 25 centimes Lindauer 1937 (pesant quatre grammes, en maillechort, sans points autour du millésime, F.172/1).

 

Compte tenu des observations faites récemment sur une 20 francs Turin 1939 truquée d’une qualité suffisante pour tromper plusieurs experts, nous avions enlevé dans le FRANC IX toute cote à l’autre millésime qui pose problème, la 20 francs Turin 1932, et offert 150 € pour photographier et étudier en main un exemplaire. En effet, le seul exemplaire connu, en TTB 45, était celui vu, en 1991, par Michel Prieur et officiellement expertisé par Alain Weil et l’expert de la Monnaie de Paris. Une transaction est même connue à hauteur de 3.000 € pour cet exemplaire dont la localisation actuelle est inconnue. Nous n’avons eu malheureusement aucun retour sur la prime offerte depuis la parution de la dernière édition du FRANC. Nous préférons donc supprimer la ligne et considérer cette monnaie comme un truqué pour collectionneurs, jusqu’à preuve du contraire...

 

Dernière sortie, la pré-série sans le mot ESSAI de 100 francs Bazor 1934 (F.554/5). Nous n’avons toujours pas recensé, au bout de dix éditions du FRANC, le moindre exemplaire malgré une prime de 150 €, dans le FRANC IX, pour voir et pour photographier un exemplaire indiscutable. Nous nous rangeons donc du côté de l’avis d’éminents spécialistes qui considèrent que ce millésime n’existe pas et supprimons définitivement la ligne.

 

Un certain nombre de monnaies dont nous avons encore un espoir de les voir apparaître sont, dans le FRANC 10, toujours pourvues d’un appel, voire d’une prime. N’hésitez pas à passer nous voir ou à nous contacter si vous découvrez un exemplaire recherché !

 
 
Stéphane DESROUSSEAUX
ADF n° 571 – stephane@cgb.fr